skip to Main Content

Assemblée générale 2018

Notre Assemblée générale s’est tenue jeudi 9 août 2018 à l’Abri du Marin.

La salle était trop petite pour cette Assemblée. Nous avions invité bien entendu les membres de l’ABC mais aussi dans un souci de transparence et légitimement l’ensemble des propriétaires.

Ce fut l’occasion d’accueillir Monsieur Cadio de la Sté Espacil.

Nous avons pu ainsi échanger avec lui sur le projet immobilier de l’Allée du Fort.

Des garanties manquent et nos inquiétudes ont ainsi pu s’exprimer.

Voici le compte rendu réalisé par Ouest France paru le samedi 11 août 2018. Le compte-rendu réalisé par l’ABC sera mis en ligne dès qu’il aura été validé par le Bureau.

Concarneau. Le projet Espacil au Cabellou inquiète

Le groupe immobilier Espacil envisage de construire deux bâtiments de 13 logements chacun à la place de la colonie Saint-Georges au Cabellou), à Concarneau. | ARCHIVES OUEST France

 

Le groupe immobilier Espacil a présenté un projet de construction à la place de l’ancienne colonie à l’association Bienvenue au Cabellou. Celle-ci ne cache pas ses craintes et reste vigilante.

Ce jeudi 9 août 2018, l’association Bienvenue au Cabellou, association loi 1901 qui regroupe des propriétaires du secteur, a tenu son assemblée générale. À l’ordre du jour, le projet du promoteur Espacil sur une parcelle des 18000m2 sur lesquels était implantée la colonie Saint-Georges, propriété des Apprentis d’Auteuil.

En quoi consiste le projet?

Si une partie du terrain reste non constructible car classée en zone naturelle, l’autre partie intéresse Espacil. Sur cet espace de 8680m2 constructibles, sont prévus dans le projet deux bâtiments d’un seul niveau comportant chacun treize logements avec terrasse. Soit «26 appartements répartis en 8 T2, 12 T3 et 6 T4», selon Patrick Cadiou, directeur d’agence Bretagne sud. L’ensemble serait dans la même veine que la résidence du promoteur érigée rue Lucien-Hascoët à la place de l’ancien bâtiment des Affaires maritimes.

Qu’est-ce qui coince?

Le projet présenté se veut conforme aux différents textes et lois qui régissent le site: loi Littoral, plan local d’urbanisme, mais aussi avis de l’architecte des Bâtiments de France. En effet, une partie du site, du fait de sa proximité avec le fort du Cabellou, classé, fait partie d’une aire de mise en valeur de l’architecture et du patrimoine (Avap). Il doit aussi se conformer au document qui régit la vie des 280 propriétaires du Cabellou depuis 1926: le cahier des charges du lotissement Leboucq. Sur les 8680m2 constructibles, une parcelle de 6500m2 est précisément concernée par ce document.

Quelles contraintes ce cahier des charges inclut-il?

Les 280 propriétaires du Cabellou sont censés être au courant de ce cahier des charges et doivent s’y conformer. Parmi les obligations, l’interdiction de morceler les propriétés pour en faire des terrains de moins de 1000m2. Durant un temps, le plan local d’urbanisme de Concarneau avait intégré d’une certaine manière cette contrainte. Mais… «la loi Alur de 2014 est arrivée depuis et interdit de mettre des surfaces minimales de construction. C’est là que notre cahier des charges prend toute son importance», estime Yves Le Gall, président de l’association, qui déplore que la mairie ne se soit pas déplacée jeudi soir. «On avait des questions précises.»

Quel avenir pour la colonie Saint-Georges?

De toute évidence, les Apprentis d’Auteuil ont l’intention de vendre. Une promesse de vente a été signée, avec clause suspensive. En clair, Espacil n’achètera que si le permis de construire, déposé depuis mai 2017 est accordé. Le dossier était entièrement consultable en juillet. «Si ce n’est pas Espacil, acteur local qui intervient, cela risque d’être un promoteur parisien qui aura beaucoup moins de scrupules», alerte Patrick Cadiou. Sous-entendu: l’emplacement du terrain pourrait susciter des convoitises.

Que craignent les riverains précisément?

Les riverains n’ont a priori rien à reprocher au projet, mais craignent pour l’avenir du site. «Le projet prévoit 44 places de parking. On peut imaginer qu’elles seront occupées. Que peut donner une telle densité de voitures dans une impasse?» Une interrogation d’autant plus forte qu’une partie de la parcelle non constructible devrait être cédée à la ville. Un chemin d’accès à la plage depuis l’allée du fort est envisagé. Autre crainte: que certains terrains finissent tout de même par être morcelés. «Des propriétaires ont déjà reçu des courriers en ce sens de la part d’agents immobiliers».

Renée-Laure EUZEN.

Publié le 11/08/2018 à 08h55

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Back To Top